Immobilier

Immobilier : quelles sont les négociations les plus courantes dans l’ancien ?

Suite à la baisse des prix sur le marché de l’immobilier, les négociations sont de plus en plus éprouvantes entre acheteurs et vendeurs. Il y a de plus en plus de marche de manœuvre pour les potentiels acheteurs en termes de négociations de prix. On vous explique.

Sur quoi négocier les prix  lors de l’achat d’une maison ou d’un appartement dans l’ancien ?

Saviez-vous que les logements demandant d’importants travaux peuvent obtenir une décote d’au moins 20% en fonction de la rénovation à faire ? C’est ce que nous a confirmé l’agence immobilière de Boissy Saint Léger (http://www.orpi.com/immobilierboissy/).

Et pour obtenir un bon prix d’achat rien ne vaut la négociation de prix. C’est pourquoi nous sommes allés demander conseils auprès de professionnels du marché immobilier pour avoir une idée des négociations les plus courantes dans l’ancien.

Selon l’agence immobilier de Chennevières, vous pourrez notamment faire baisser le prix de vente du bien immobilier en fonction des travaux à effectuer :

– sur le parquet, à voire en fonction de la nature du parquet (comptez 10 à 15 euros le mètre pour un parquet stratifié, voire 100 euros le mètre carré pour un parquet en chêne massif).

– dans la salle de bains (faut-il enlever le bidet ? changer la baignoire ou les lavabos ? etc.). Il faut compter environ 1500 euros le mètre carré pour refaire entièrement à neuf une salle de bains.

– sur les installations électriques, ainsi que sur le chauffage individuel. Ces dépenses vont avoir un fort impact dans la négociation du prix d’achat puis qu’elles vont être obligatoires pour des raisons de sécurité.

– sur la toiture. En effet, des travaux de rénovation sur une toiture défectueuse peuvent représenter jusqu’à 20% du prix totale de la maison.

La pose d’un double, voire d’un triple-vitrage peut aussi avoir un impact lors de la négociation du prix. C’est une rénovation indispensable  pour éviter les déperditions de chaleur et réaliser des économies d’énergie. Un logement mal isolé ferra rapidement grimper le montant de la facture de chauffage.

Les acteurs du marché recommandent également de se renseigner à propos des procès-verbaux des Assemblées Générales dans le cadre de copropriété. Seul moyen de connaître les travaux futurs envisagés dans les parties communes. Votés mais pas encore payés, ils rentrent en compte eux aussi dans la négociation finale. En insistant et si votre vendeur est pressé, il est possible d’obtenir parfois une remise de près de 50 % des coûts de travaux.

Face à cela, le mieux est de demander une estimation de l’appartement dans le Vieux Saint Maur ou de votre maison ancienne à Avignon par exemple, à votre agence immobilière. L’agent immobilier est en mesure de chiffrer le montant des travaux de rénovation à envisager. Cela vous permettra d’avoir une idée précise du montant des travaux et ainsi de savoir dans quelle mesure la négociation du prix d’achat est envisageable.

Et n’oubliez pas non plus de demander le plus rapidement possible les diagnostics énergie qui vous permettront d’avoir une indication sur l’état réel du bien immobilier que vous convoitez.

Articles précédents

L'immobilier : investir dans une résidence secondaire

Article suivant

Dispositif Pinel : 3 choses qu'on ne sait pas forcément

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *